View Single Post
kwaw's Avatar
kwaw  kwaw is offline
Citizen
 
Join Date: 29 Dec 2003
Location: Nr. Ephesus, Turkey
Posts: 5,400
kwaw 

Quote:
Originally Posted by coredil View Post
This is what Etteilla writes in his book: "Les sept nuances de l'oeuvre philosophique hermétique" from 1785:

Translation:
I already spoke to the Freemasons, page 81 from the "Second Cahier des Tarots" or better, in the third book of the "Philosophie des Hautes Sciences" and though I do not belong to any Lodge, I have for all what is the real Masonry as much respect as a brother may have who knows the origin and understands the aim, the wisdom and the high sciences.
All the little names of Lodges and Degrees indicate more madness than wisdom and all the external apparitions
(he means "rites " in a pejorative way) are more the sign of ignorance rather than of science.

If one believes what he writes, it seems as if Etteilla at least in 1785, was not a Freemason.

Best regards
Coredil/MikeH

When Etteilla writes he has 'spoke' to the Freemasons:
J’ai déjà adressé la parole aux Francs-Maçons, page 81, second Cahier des Tarots, ou mieux, tome troisième de la Philosophie des Hautes Sciences,

Does this mean he has addressed them in his books (second Book of Tarot, p.81 & better, in the third book of the "Philosophie des Hautes Sciences"), or directly (as a guest speaker)? (Pretty sure it means he addressed them in his books - but just want to make certain.)

From the rest of the passage am I right to infer that when he speaks of 'real' Masonry, he is talking of that revealed in the Book of Thoth (the Tarot), to those who know how to interpret the hieroglyphs? And suggesting that is the 'High Masonry' to which true Disciples belong?

Quote:
Originally Posted by Etteilla
Si j’étais seulement Amateur, croyant à la Science du grand Hermès, aurais-je quelque confiance en celle d’Etteilla ? Je ne le crois pas. Quel mélange, que de faiblesse, que de forces ! Qui conçoit l’homme simple & de bon entendement.

J’ai déjà adressé la parole aux Francs-Maçons, page 81, second Cahier des Tarots, ou mieux, tome troisième de la Philosophie des Hautes Sciences, & quoique je ne sois point reçu Membre d’aucune Loge, j’ai pour tout ce qui est de vraie Maçonnerie, autant de respect que puisse en avoir un frère qui en connaît l’origine & en conçoit le but, la Sagesse & les Hautes Sciences. Toutes les petites dénominations de Loges & de grades, annoncent plus la folie que la sagesse, & tous les simulacres extérieurs annoncent plus l’ignorance que la science.

Ce que je dis n’est pas par esprit de critique, mais par la sévérité que doit avoir un vrai Disciple de la Haute Maçonnerie.

L’origine de la Maçonnerie date du moment où le premier homme fut né mis en puissance de Sciences & de Sagesse.

Dans les enfants de Noé ce fut Cham & ses premiers descendants qui en firent un objet réglé ; car pour Sem & Japhet ils la nourrirent purement dans leur cœur, & leurs premiers descendants ne s’en occupèrent plus.
Les révolutions éloignèrent l’esprit pur de la Maçonnerie, & le coup de marteau fut seul conservé, parce qu’il rappelait sous les ailes de quelques Vénérables épars, les Disciples effrayés & éplorés.

A la vérité vint se mêler la Fable, & bientôt on osa frapper ce marteau sacré pour la perfidie.

La vérité intérieure de la Maçonnerie rappela tous les hommes, c’est où ils en sont ; mais il fallait à beaucoup d’eux ce vil dehors extérieur, qui bientôt amena tout ce superficiel étranger à la vraie Maçonnerie, superficiel qui éloigna les hommes faits, & ne donna assez généralement dans les Loges que des Vénérables instruits des simulacres, & mettant en usage les imaginations toujours renaissantes des Frères prétendus plus savants que les autres.

« Si la vraie Maçonnerie eût subsisté, les Frères auraient parlé tout haut, & le Mystère n’aurait existé que dans l’Œuvre. »

C’est ce que les Egyptiens avaient parfaitement rendu sur le quinzième feuillet du Livre de Thot, pages 24 & suivantes du même Tome ou quatrième Livre.

« Sur une table ou autel, à hauteur de la poitrine des Mages, étaient d’un côté un Livre ou une suite de feuillets ou lames d’or (le Livre de Thot) & de l’autre côté un vase plein d’une liqueur Céleste Astrale, composée d’un tiers de miel sauvage, d’une part d’eau terrestre & d’une part d’eau céleste, .... »

« Le Secret, le Mystère était donc dans le vase & dans la science de lire les sublimes Hiéroglyphes, tracés sur les soixante & dix-huit lames qui renferment la Science de l’Univers entier, de Gébelin, » en son huitième volume, Discours sur le Tarot. J’entends donc dire que répudiant en Loge tout ce qui s’appelle épreuves, il ne soit que celles d’interpréter le Livre deThot, où est toutes sciences humaines, & en second mettre un vase vide sur l’autel, ou si l’on veut, la table, jusqu’à ce que les Frères aient mis dedans la chose unique & l’aient conduite à son plus haut degré de perfection.
Top   #258